Sept mois après notre retour nous retrouvons enfin la mer. Samedi le 30 mars, avitaillement effectué pour une petite semaine nous larguons les amarres de Benedensas direction l’écluse du Roompot afin de rejoindre la mer. La hauteur de 18 m entre le tablier et la mer à marée haute nous oblige à attendre la marée basse pour y faire passer notre mat qui culmine à 20 mètres. Mardi vers onze heures nous observons notre antenne radio frôler le béton du pont avant d’enfin monter les voiles pour une étape de 35 nautiques qui nous permettra de rejoindre le port de Breskens aux Pays-Bas.
La mer, enfin. Nous commençons par une heure de portant voiles en ciseaux. La température est de -1°c et le vent souffle avec force 5 à 6, mais à cette allure le soleil nous réchauffe bien et nous sommes ravis d’être là. Malheureusement, une heure plus tard nous devons lofer afin de prendre plein est vers notre destination. Immédiatement tout change. Nous avons trente kts de vent apparent de face et l’impression de froid avoisine les -25°c. Cet hiver n’en finit pas. Heureusement le soleil est de la partie et nos vêtements de mer, foncés, emmagasinent sa chaleur nous permettant de ne pas mourir de froid.
Le but de ce petit voyage est de convoyer Fleur de Lys jusqu’au port de Bruxelles afin d’y caréner. Ce port est atteignable en remontant l’Escaut depuis Breskens jusqu’à Anvers avant de pénétrer dans un canal profond de six mètres et long d’une petite quarantaine de kilomètres. Douze ponts l’enjambent et deux éclusent nous barrent le chemin. Heureusement les ponts sont du modèle ponts levis et permettent le passage d’un voilier mâté.
Les horaires des marées ne nous permettant que de naviguer à partir de 15h00, nous aurons besoin de deux jours pour rejoindre Anvers ou nous dormirons le long d’un ponton sur l’Escaut dont une toute petite partie est réservée pour les voiliers de passage, ce que nous sommes. L’ambiance y est vraiment spéciale avec les bruits étouffés de la mégalopole qui se trouve à seulement quelques centaines de mètres de notre amarrage. Une nuit tranquille nous permettra de repartir ce jeudi matin bien reposés pour la dernière étape vers le BRYC ( club nautique de Bruxelles). En six heures de navigation au moteur nous y parvenons. C’est la première fois que nous y revenons après trois années d’absence depuis notre départ pour notre grand voyage.