Skip to Content

Monthly Archives: mars 2012

Navigations sur Fleur de Lys : 20 mars 2012.

Par

Lundi le 17 nous avons définitivement quitté la belle ile de La Martinique. Nous étions ancrés à Saint Pierre, sa ville martyre, en compagnie de nos amis du voilier ERCOLAUSA que nous avions retrouvés avec plaisir début février.
Dès potron-minet, c’est à dire à 6h30 du matin, nous mettons Grand voile à un ris et full génois en vue de parcourir les 60 milles marins qui nous séparent de notre première étape du retour vers la Belgique : Prince Rupert bay en Dominique.
La mer s’est bien calmée et ce ne sont que des vagues de 2 mètres soulevées par un vent de force 5 qui nous accompagneront durant cette traversée.
Muni d’un nouvel attirail de pêche, je mets beaucoup d’espoir dans cette dernière…..mais ce sera sans succès. Ce soir nous mangerons des pâtes….au jambon.
Notre allure est au près serré et si ce n’est pas très confortable car nous sommes secoués c’est très agréable de voir le navire remonter au vent si puissamment.
A 15 heures la messe est dite…..nous sommes ancrés dans la baie convoitée. Celle ci est une très grande anse au nord de la Dominique dans laquelle paressent une quarantaine de voiliers de passage. Nous y sommes accueillis par les boat-boys locaux qui tentent de nous vendre un tour de l’île en ………bateau., J’en souris encore.
Mardi matin, un peu plus tard que le chat d’hier, c’est à dire vers 8h00, nous levons l’ancre pour nous rendre sur l’île de Marie Galante qui se trouve à 25 milles au nord-est de notre position. Ce territoire d’une dizaine de kilomètres de long dépend de la Guadeloupe, est plat et peu urbanisé. Les bruits de coursives en disent beaucoup de bien.
Le vent a beaucoup perdu de sa force et c’est avec un petit force 4 que nous naviguerons au près et atteindrons, après 4 heures de remontée, notre mouillage sur l’îlot.
Véronique y jette l’ancre par 5 mètres dans une eau transparente.
Nous allons consacrer quelques jours à visiter ce très bel endroit.

O

Navigations sur ” Fleur de Lys”.

Par

 

Dimanche
le 04 mars 2012.

Hier
soir notre passager est arrivé de Belgique. Nous décidons de
commencer la croisière par une remontée depuis fort de France
jusque au mouillage du Marin. Soit une trentaine de milles à la
voile et au près serré.

Le vent est de force 7 à 8 et les vagues atteignent 3 mètres . C’est
un peu rude comme baptême de mer pour notre passager…..mais bon si
il a l’estomac solide il ne sera pas malade.

Nous voici donc en route vent arrière dans la baie de Fd France lancés à
plus de 9 kts. Et crac……l’hydrolienne perd quelques pièces.
Zut…..super Zut. Bon ce n’est pas très grave nous réparerons au
Marin.

Une demi-heure plus tard nous sommes comme prévus face au vent et à la
mer. On est vraiment bien secoués mais nous avançons à 7 kts.
CRAC…….cette fois c’est la trinquette qui se trouve coupée en
deux à l’endroit d’une couture. Rezut…

Sans cette voile de grand vent, la remontée, sous notre génois que nous
devrons enrouler partiellement, va devenir nettement plus
fastidieuse. Encore un peu plus loin, alors que nous sommes bien
secoués,  voilà que la contre drisse de grand voile se prend dans
le feu de mat. Impossible de l’en déloger sans un travail acharné
qui à peine finit la voit……se reloger au même endroit. En dix
ans d’emploi de cette drisse qui nous sert à forcer la descente de
la grand voile ce n’est jamais arrivé. Je bous ……….et je
commence à regarder notre passager de travers. Me porterait-il la
poisse?

Fin de journée nous arrivons finalement sans autre ennui. Je mets alors
l’annexe à l’eau, installe fastidieusement le moteur, le
démarre…….pour constater qu’il ne délivre plus aucune
puissance. Cette dernière reviendra comme par miracle le lendemain.
Et depuis tout semble avoir repris un cours normal.

PS : Jean-Yves notre mousse n’a pas été malade.