Skip to Content

Monthly Archives: août 2010

Dernières nouvelles : Le dimanche 29.08.10

Par

Déjà quatre jours que nous sommes à l’ancre devant à quelque distance de la marina de Portosantos. Lre mouillage est difficile, il roule sans arrêt. Bon nous y sommes habitués et celà ne nous dérange pas.

Petit à petit nous nous faisons des amis de voyage. Nous croisons d’autres personnes en vadrouille.C’est extrêmement agréable. La vue d’ici est magnifique et les journées se passent en natation, plongée depuis le navire, courses diverses et visites.

Mardi, probablement, nous ferons voile vers Madère.

O

Navigations sur Fleur de Lys : De portosin à Portosantos……7 jours de mer du 17 au 23 aout 2010

Par

 

          Mardi dernier, le 17 aout nous larguons les amarres de Portosin en Espagne pour Portosantos, une île du Portugal à 30 kms de Madère.

          C’est sous un vent de plus de trente kts que nous quittons le port ou nous étions depuis une semaine. Toute la journée nous surfons à des vitesses proche des 9 kts. La nuit tombant nous prenons deux ris. Aussitôt fait, le vent tombe brutalement à une brise moyenne de 15 kts. La nuit sera belle et nous avancerons bien. A noter que peu avant qu’elle ne nous recouvre, nous avons eu la chance de voir des dizaines de Rorquals ( le plus grand animal vivant actuellement mis à part la baleine bleue), et une bonne centaine de dauphins.

          Mercredi matin nous sommes totalement seuls en mer. Nous ne le savons pas encore, mais nous ne verrons personne durant toute la semaine et il n’y aura aucun animal marin à voir non plus. Pas de mammifères, ni de poissons et aucun oiseau. L’eau est totalement translucide et se réchauffe au fur et à mesure que nous descendons vers le sud. Elle est actuellement à 24°C. Le vent tombe de plus en plus et pour naviguer les 600 milles nous aurons besoin du moteur durant 40 heures à un régime lent, soit 140 milles au moteur le reste à la voile.

          Nous aurions pu attendre le vent plutôt que de lancer la mécanique. Mais alors le voilier, à l’arrêt, roule sans arrêt. Il faut des nerfs extrêmement solides pour supporter cet état durant une longue période. Je ne les ai pas, je pense que je serais capable de sauter à l’eau tellement ce genre de situation me mine.

          Les jours passent sous les quarts. Véro de 19h00 à 1h00, ensuite je prends le relai jusque 8h00. Elle revient alors me remplacer jusqu’à 10 heures moment où se lève Christophe. Il surveille alors la marche de Fleur de Lys durant quelques heures.

Bon nous sommes assistés par le radar qui détecte automatiquement les autres navires. ( il n’y en avait pas). Il est évident que n’être que deux adultes à bord est un très gros handicap. Très difficile de garder la forme avec un tel rythme.

          Dimanche matin, nous sommes toujours aussi seuls, par 4500 mètres de fond. Nous allons nager. Je stoppe le voilier et hop l’un après l’autre nous faisons un court séjour dans l’eau. Jamais je n’avais vu Fleur de lys par en dessous comme cette fois : il semble flotter dans les airs. Nous n’osons rester trop longtemps car nous avons tout simplement peur des requins……………..

          Toute la journée se passera sous le bruit du moteur qui nous pousse vers notre destination. La nuit tombe sur deux magnifiques gâteaux confectionnés par notre chef : Christophe. Je règle très précisément la vitesse pour une arrivée à 9h30 en vue du port. Nous y serons à la minute près.

L’arrivée est extrêmement spectaculaire. Le paysage, désolé, est grandiose.

Le port est très sympathique et l’accueil chaleureux par des Portugais qui parlent très très bien le français. Ils sont souriants et hospitaliers.

          Une semaine en mer totalement seuls c’est long, pourtant ce n’est que le quart de ce que  nous risquons de devoir supporter dans certaines étapes de la suite du voyage.

Je mentirais si je n’avouais pas des moments d’angoisse irraisonnées. A plusieurs centaines de milles de la côte j’ai été pris à certains moments d’un grand sentiment de solitude et parfois de claustrophobie.

Le reste de l’équipage a été remarquable. Véronique, comme toujours ne se plaint de rien et assume plus que son rôle.

Christophe, adolescent de 15 ans est gai, vif, fait de l’esprit et s’intéresse à tout. Chaque fois qu’il peut tenter une expérience il la tente.

Dans quelques heures (probablement à partir de cette nuit), vous pourrez voir les photos sur notre site

www.voilierfleurdelys.com

et y consulter le journal de bord.

 

 

Dernières nouvelles : Le Lundi 16 aout 2010

Par

     Hier, dimanche, le vent soufflait encore à plus de 25 kts dans notre port. J’ai alors eu la bonne idée de larguer les amarres de notre annexe que nous avions équipée d’une grand voile. (comme vous pouvez le voir sur les photos qui se trouvent sur notre site).

     Evidemment, j’ai fait une petite erreur de montage et une fois emporté par le vent il m’a été impossible de border la voile afin de remonter vers mon point de départ.

Me voilà à la dérive dans la baie du port avec des grosses vagues qui m’aspergent chaque fois qu’elles le peuvent. J’essaye d’arranger le problème, impossible. Je tente de ramer pour revenir…….inutile, la mer de face et le vent m’enpêchent d’avancer. En fait je recule juste moins vite.

     Je commence à me dire que c’est bête de ne pas avoir emporté une collation car je risque de passer un bon moment sur ce frêle esquif lorsque une vedette à moteur vient me secourir.

Me voilà en remorque pour une rentrée au port un peu honteuse devant tout un tas de marins hillares.

O

PS : Comme indiqué sur le site, demain mardi nous traverserons vers Madère. Durée estimée : entre 4 et 8 jours.

Voir notre position en suivant le lien sur notre site : www.voilierfleurdelys.com

Nous contacter : voilierfleurdelys@live.be

 

Dernières nouvelles de Fleur de Lys : Le 10 aout 2010

Par

 

Nous sommes à Portosin  ( tout près de St jacques de Compostelle).

     Installés dans une marina  pour plusieurs jours,nous prenons du bon temps puisque nous allons rester ici jusqu’au départ de Sandra vers la Belgique, le 12. La météo est au beau fixe. 30°c à l’ombre.( pour info il n’y a pas d’ombre).

     Ensuite nous descendrons vers le Portugal et nous traverserons vers Madère.

     Il nous est arrivé un petit incident qui me fait encore rire de rage.

     Fleur de Lys est équipé d’une éolienne et d’une hydrolienne pour ses besoins en énergie. Depuis le début de notre périple nous faisons consciencieusement tourner celle-ci au mouillage et nous changeons l’hélice pour en faire une hydrolienne lors de nos navigations. Ce n’est pas trop difficile mais un peu bruyant au mouillage et acrobatique pour changer l’hélice durant les navigations.

     Trente jours sont passés et je m’étonne, depuis quelques temps, du peu de charge de nos batteries. Finalement j’ouvre les coffres ou se trouvent les branchements de cette éolienne……pour m’apercevoir que nous ne l’avions pas rebranchée à l’occasion du changement de nos batteries, il y a deux mois.

En résumé, on a travaillé et supporté le bruit au mouillage ( avec des vents de 40 kts une éolienne fabrique beaucoup d’électricité mais est bruyante).

La note était juste bruyante……un comble.

Des photos sur notre site : www.voilierfleurdelys.com

Nous contacter : voilierfleurdelys@live.be

 

 

 

Navigations sur Fleur de Lys : Le 08.08.10

Par

     Le voyage continue. NOus gagnons au sud et à l’ouest.

     Après deux jours dans un mouillage de rêve mais extrêmement précaire vu les vents de 40 kts que nous y avons étalés, ce matin nous décidions de forcer le passage devinant que nous trouverions des vents plus maniables quelques heures de navigation plus loin. Ce fut le cas.

Nous nous sommes donc dirigé vers Portosin, ville près de l’aéroport d’ou Sandra et Andy prendront l’avion le 12 pour le retour vers la Belgique.

     Les trois premières heures FDL a vogué dans des vents de 30 à 40 kts sous deux ris dans la grand voile et trois dans le Génois. Ensuite tout s’est tellement calmé que nous avons terminé par une heure de moteur..L…….

tout se passe pour le mieux à bord………….

Pour les photos allez voir notre site : www.voilierfleurdelys.com

Vous y trouverez aussi, dorénavent et petit à petit dans la partie technique ce que nous pensons du matériel embarqué.

ATTENTION : il n’est malheureusement pas possiblde de publier des commentaires ici si vous n’êtes pas memebre de VV.

Ecrivez nous sur : voilierfleurdelys@live.be

 

Navigations sur Fleur de Lys : 06.08.10

Par

Quelle belle journée…….de voile.  Départ à 10h00 sous un vent de 35 kts. Nous sommes sous deux ris dans la grand voile et trois dans le génois.

Une fois sortis de la Ria au vent arrière, les voiles en ciseaux nous surfons parfois à 10 kts sur les grandes vagues du Cap Finistère.

Une famille de dauphins nous accompagne quelques minutes.

Fleur de Lys chante en traçant sa route dans les flots transparents. C’est une petite journée, seulement trente milles à parcourir. Mais tout y est pour que ce soit magnifique. Le vent, la houle de l’arrière et un immense soleil. Evidemment il ne faut pas se laisser impressionner par le souffle qui dépassera parfois les 45 kts. Mais toilé en conséquence Fleur de Lys est toujours sous contrôle et très gai à barrer . Je débrancherai souvent le pilote aujourd’hui.

Arrivée dans la ria de Cap Finistère tôt dans l’après midi. Nous sommes ancré dans une baie magnifique.

Voir nos photos sur le site : www.voilierfleurdelys.com

 

Navigation sur Fleur de Lys : Le 05 Juillet 2010

Par

 

    Nous avons quitté la Corogne mercredi matin.  En fait non, il était déjà passé midi, nous avons dormi trop tard.

     Bref nous voilà en route vers le Cap Finistère, plus exactement Camarinas, la dernière Ria avant le Cap. Une quart d’heure après notre départ pas de vent. Mais alors rien. Très frustré, je décide de renoncer. J’en ai assez de naviguer au moteur.

      Nous trouvons une belle crique ou nous passons la journée et la nuit à l’ancre.

     Ce jeudi matin par contre les prévisions nous sont favorables. Force 5 à 8 du nord est. Parfait, nous aurons le vent arrière et ensuite de travers. Nous levons l’ancre  (c’est le mot) à 8h00 précises et commençons les 50 milles qui nous séparent du mouillage suivant. Très belle journée de voile qui nous verra lors de certains surfs dépasser les 9 kts au portant.

     Arrivée dans la Ria qui va nous regarder dormir le vent est de plus de 40 kts par effet venturi .  Véronique me dit que ça va se calmer . Je lui rétorque que si elle a bien compté les éoliennes sur les collines ( plus de 300) Il n’y a aucune chance pour que ça se calme. Elles ne sont pas là par hasard.

     En effet, il est près de 21h00 et le souffle se déchaine avec des pointes à près de 45 kts. Heureusement le mouillage tient bien dans des fonds de sable de 3 mètres. Par contre, nous sommes entourés de petits camarades et il n’y a aucune marge en cas de dérapage de l’ancre.

O

 

AVIS

Par

Avis aux navigateurs.

 

Si vous désirez passer un séjour à La Corogne ne vous arrêtez pas à la première marina rencontrée, la Marina Coruna, mais allez plutôt à celle qui est juste un peu plus loin, le club : MRNC.

Vous recevrez un très mauvais accueil à la première marina et en plus, si vous désirez avitailler et donc laisser votre voilier une petite heure le temps de faire les courses vous devrez payer impérativement.

A la seconde marina, par contre on vous laissera volontiers amarrer votre navire une heure ou deux.

 

SO, NEVER GO AT Marina Coruna.

 

Dernières nouvelles : Le 1er Aout 2010.

Par

     Navigations de plusieurs jours et nuit, en équipage réduit ; comment l’avons-

nous vécu ?

 

     Après avoir passé la première nuit en mer, lundi dernier, l’aube se lève sur une nouvelle journée. Des centaines de dauphins apparaissent tout autour du voilier et jusque au bout de l’horizon.

Il est 6h30 du matin, je ne pensais pas qu’il existait tant de beauté. Ces mammifères arrivent à point nommé, je commençais à fatiguer. Leur vue me donne un coup de fouet.

     Deux heures plus tard arrive Véronique. Les magnifiques créatures viennent de disparaître…..

Je vais dans ma cabine et ne me réveillerai que vers 12h30. L’après midi déroule sa monotonie, lecture, sieste, nourriture et resieste.

      Véro les enfants et moi nous relayons à la surveillance du voilier. Nous ne voyons aucun autre bateau. Nous sommes à plus de cent milles des côtes à présent. La Corogne est à 350 milles devant nous.

     Véro prend le premier quart du soir jusque 1h00 du matin. Moi j’ai été dormir à 20h00. Heureusement j’ai la faculté de pouvoir sans problème changer mes horaires de sommeil. A une heure je prends le relai. La nuit nous a envahit mais dès que j’y suis habitué je m’y sens bien. C’est vraiment très étrange de se trouver là. Dommage que le ciel, plombé, m’empêche de voir la voute céleste. Je suis couché à l’extérieur, dans le cockpit. Il bruine je suis trempé mais heureux de me trouver là.

     Les heures passent très vite la nuit. Le jour se lève déjà et à 7h00 mon équipière vient me relayer. Je lui fait un topo de la situation : Le vent, l’absence de voisins, les voiles et la direction.Je descend me coucher immédiatement et sombre dans un profond sommeil.

Les enfants, eux, vont dormir vers 23h30 et ne réapparaissent que vers midi. Totalement ignorant de ce qui a pu se passer durant la nuit. Ils débarquent souriant dans le carré et prennent leur breakfast.