Skip to Content

Monthly Archives: décembre 2009

Navigations sur Fleur de lys II : 14

Par

     Ce dimanche commence notre retour vers Ostende. Les courants nous seront favorables à partir de 10H00 à l’écluse qui nous sépare de l’eau de mer. Il nous faut donc quitter la chaleur de  nos lits vers 8H00.

Le réveil sonne à l’heure dite. Mais il fait infect…………..force 7 et grêle. Nous n’avons pas vraiment le choix, nous partons. Trois ris dans la grand voile et trois dans le génois. Prendre la décision de quitter notre lit douillet dans ces conditions est extrêmement dificile, mais une fois partis c’est un vrai bonheur de se retrouver à la voile.

Eole souffle à trente kts, Fleur de Lys avance à 8 kts. Nous atteignons l’écluse qui s’ouvre immédiatement, et le temps de l’éclusage  nous lâchons un ris. La descente vers le Zeeland brug se fera donc sous deux ris à 9 kts environ. Le voilier est domptable, et mis à part le froid c’est super. Malheureusement une fois au pont cité nous devrons attendre une demie heure avant son ouverture. Et il grêle sans discontinuer, les éléments sont déchaînés, vent en rafales, grosses vagues, ciel d’un noir impressionnant………..Nous craignons qu’il ne s’ouvre pas à cause du vent fort, mais ouf, les voitures s’arrêtent, les deux battants se lèvent ; nous passons.

Il nous reste deux heures de navigation au près très serré ; trop serré, nous sommes obligés de tirer trois bords pour arriver jusqu’a la marina du Roompot, notre abri pour les heure qui suivront.

La nuit tombante  nous y sommes. Nous n’avons parcourus que trente milles, mais nous sommes épuisés.

Nous y resterons jusque mardi matin car nous attendons les vents d’Est qui nous faciliterons le retour vers ostende.

O

voilierfleurdelys@live.be

 

 

Navigations sur Fleur de Lys II : 13

Par

JOYEUX NOEL……………

Quelle navigation, une fois de plus.

     Nous quittons le port du Roompot à 8h00. Le vent est calme et la visibilité très bonne. Mais à peine quinze minutes plus tard, le brouillard tombe. Une chape de plomb, visibilité de moins de 30 mètres. Extrêmement dangereux de naviguer dans ces conditions dans les eaux intérieures. Nous décidons donc de nous détourner vers un port à une dizaine de milles. Un opérateur au radar, l’autre à la barre et  deux heures plus tard nous sommes en sécurité.

L’après midi, le brouillard est levé, nous passons sous le Zeeland brug et, la nuit tombante, nous naviguons vers la kramer sluis à une dizaine de milles.

Le paysage est ravissant, nous sommes totalement seuls, sentiments d’être les rois du monde. Il fait glacial, mais la beauté qui nous entoure nous fait vite oublier cet inconvénient . Incroyable d’ailleurs de voir tous ces voiliers abandonnées dans les ports. Tous ces navires qui ne naviguent presque jamais.

Belle réussite de marketing que d’avoir convaincu des gens qu’ils doivent acheter un voilier ou un bateau à moteur alors qu’ils n’en n’ont visiblement pas du tout l’utilité. Je salue bien bas cette performance.

En pleine nuit, nous passons la dernière écluse, nous ne sommes plus qu’à une heure de notre port d’attache : Benedensas. Le vent est de face et nous parcourons cette distance au moteur.

      Féérique est le seul mot que je trouve pour décrire notre arrivée au port sous la neige avec la faune un peu dérangée qui se déplace devant nous.

Tout à coup, Le voilier finit sa course à quelques mètres de notre place bloqué par la glace ; Impossible d’aller plus loin ; Nous reculons et nous amarrons à une place disponible. Dommage, c’est un peu frustrant de se voir refuser l’accès si près du but. Mais bon, un SO 43 n’est pas un brise glace.

Commence alors notre repas de noêl. Ben comme nous n’avons pas pu nous avitailler depuis plusieurs jours, ce fut des pates avec du poulet. Et c’était extrêmement bon car  nous étions affamés.

O

 

Navigations sur fleur de lys II : 12

Par

10 heures, nous larguons les amarres. Les garde côtes annoncent une mer calme et un vent de force 4 à 5.

Même pas une heure après notre départ, le vent,  du sud, est de force 8 avec des rafales à 9 (40 kts) et les vagues font trois mètres. Heureusement, nous sommes au portant mais nous allons devoir faire du près tout à l’heure. Il y a deux ris dans la grand voile et trois dans le génois. Ca ne suffira pas pour le près de la fin de navigation. Il faut absoluement gréer le tourmentin et mettre le troisième ris à la grand voile. En effet, nous nous retrouverrons avec une vent apparent,  de face de 70 à 80 kms:h dès que nous serons au près.

      Nous voici donc en train de gréer le tourmentin par grosses vagues et grand vent. Pas facile avec le voilier qui tangue énormément. Mais bon on y est arrivé. Entre temps, l’annexe qui comme toujours est tractée, a fait un tour complet sur elle même, ce qui est loin d’être le première fois. Heureusement, aujourd’hui j’en avais enlevé le moteur.

     Les ados se sont bien comportés durant ces 7 heures de nav plutôt musclée. Ce soir Sandra se voit expliquer le chemin des douches par Véronique. Il faut croire qu’elle a mal compris car en sortant elle me regarde et dit " mais je ne sais pas descendre par ou vous avez dit, il n’y a pas de ponton. Je dis : "t’es folle ou quoi, il n’ya pas moyen de se tromper, ou bien t’es dans l’eau ou t’es sur le ponton, t’auras mal compris, c’est tout;

BLAMMMMMMM   furieuse elle a claqué la verrière de la descente et est partie prendre sa douche dans une autre direction que celle qu’elle avait comprise……..

O

Navigations sur Fleur de Lys II : 11

Par

     Ce matin notre électronique n’est toujours pas réparée. Vers midi, le temps s’éclaircissant, nous larguons les amarres pour aller vers les pays bas. En effet, la météo est toujours trop incertaine vers la Grande Bretagne et nous devons absoluement nous rendre dans notre port d’attache aux pays bas.

Durant la navigation nous cherchons la panne électronique. Nous vidons les coffres pour accéder aux connexions; rien à signaler. Nous finissons par débrancher les instruments interconnectés par le NMA, pour constater que le problème du pilote gps et radar a l’air de ne plus apparaître si nous déconnectons le lecteur de vent. tout ca avec une mer de l’arrière qui  nous envoie un train de vagues de deux mètres toutes le deux minutes. Mal de mer garanti pour les profanes. Une de ces vagues est d’ailleurs chevauchée par un magnifique banc de dauphins qui ne daignent même pas nous regarder; Ils doivent nous trouver très lents.

Finalement, la nuit tombante,  nous décidons de faire étape à Blankenberghe. Nous mettrons les voiles demain à dix heures, avec les courants, pour arriver à la Roompot sluis à la nuit. Normalement.

O

    

 

Navigations sur fleur de lys II : 1O

Par

     Enfin, ce lundi matin nous larguons les amarres pour Ramsgate. Il fait galcial, le bateau est toujours enneigé mais  nous sommes enthousiastes.

Malheuresement une fois en mer nous constatons que le brouillard est sévère. Ce ne serait rien si en plus le pilote automatique et le GPS ne seraient pas tombés en panne……que se passe t il? Nous tentons de trouver la panne tout en gérant "au radar" très attentivement la sécurité autour de nous. En effet, nous sommes loin dêtre seuls, entourés de cargos et de pêcheurs que nous ne voyons que sur le radar.

    Après quelques minutes nous nous rendons à l’évidence : Impossible de chercher sereinement la panne dans ces conditions. Nous allons  nous détourner sur Nieuwport que nous " voyons" au radar à défaut de visibilité. Dans ce froid ce n’est pas très gai de devoir barrer sans arrêt. Mais bon,  nous y sommes en deux heures et c’est dans un port totalement désert que nous nous apprêtons à passer la nuit.

Evidemment, une fois arrivé tout a refonctionné normalement; C’est la loi de la vexation universelle. Demain nous ferons donc un second essai; il est possible que le froid ait détraqué les instruments.

O

Dernières nouvelles 17

Par

        

 

 

     fini…..enfin terminé : Le changement de propriétaire de  notre maison a eu lieu.

     Et les vacances commencent par 25 cm de neige sur le voilier à Ostende. Nous espérons naviguer vers Ramsgate demain, lundi. La météo est comme toujours le principal problème. Comme chaque hiver la situation est complexe et nous devons tenir ce paramètre à l’œil en permanence pour ne pas être surpris.

     Les ados sont à bord. Ravis d’être en famille ils sont coopératifs et de bonne compagnie.

Hier soir il nous est arrivé une petite aventure «  de ponton «  que je vais vous raconter.

     Vers 20h00, Véronique et moi sommes dans un train pour Bruxelles ou des amis nous attendent. A Bruges montent deux aveugles qui ne semblent pas se connaitre. Ils passent devant nous et s’assoient l’un en face de l’autre . L’un fini par parler à l’autre et  nous nous disons donc qu’ils voyagent ensemble. Ils échangent durant plus de 15 minutes lorsque tout à coup l’un dit à l’autre.

« Mais, vous êtes aveugle…….moi aussi »  En fait c’était un pur hasard si ils se sont retrouvés sur la même banquette, et ils ont échangés des propos durant un long moment avant de se rendre compte de la situation. Incroyable……….

Bon, dès demain les aventures marines reccommencent…………

 

Dernières nouvelles 16

Par

     Ouf, le déménagement est presque terminé; Nous aurons quitté la maison pour vendredi le 18.Après ce sera une quizaine de jours de navigation; génial.

     J’ai fait une tentative pour acclimater le chat. Avant hier après midi, je suis donc parti en auto avec le félin à bord. Le trajet fut génial : un miaulement oute les trois secondes environ. J’ai failli envoyer l’animal par la fenêtre de l’auto. Au voilier, panique totale. toute la nuit. Je me vois encore promener ce chat à 3h00 du matin………pour essayer de le calmer. Il a fini par m’uriner dessus. Finalement, le lendemain midi, à bout de patience j’ai sauté dans la voiture et je l’ai recondui à la maison. Il ne viendra pas avec nous.

Dans une grosse semaine, donc je vous raconterai nos navigations d’hiver.

O

voilierfleurdelys@live.be